Mission conjointe gouvernement-Banque Mondiale d'appui à la mise en oeuvre des activités du PAC3


La Représentante Résidente de la Banque Mondiale au Niger participe à l’ouverture de la 7ème Mission conjointe Gouvernement- Banque Mondiale d’Appui à la mise en œuvre du Programme d’Actions Communautaires (PAC3)

Les avancées et perspectives du projet au centre des débats

Le Programme d’Actions Communautaire (PAC), Phase 3 organise depuis mercredi 18 juillet 2018 à son siège de Niamey, les travaux de la Mission conjointe Gouvernement –Banque Mondiale d’Appui à la mise en œuvre du Programme. C’est le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, M. Diamoitou Guessibo Boukari qui a lancé les travaux de cette mission, en présence de la Représentante Résidente de la Banque Mondiale, Mme Joelle Dehasse et du Chargé de projet à la Banque Mondiale, M Souleymane Fofana. Pendant une dizaine de jours, les participants mesureront le chemin parcouru par le Projet, pour identifier les avancées obtenues et relever les contraintes majeures en vue de proposer des mesures aptes à booster davantage la mise en œuvre du Projet.


DSC 0142

La mission d’appui, à laquelle participe plusieurs acteurs du PAC 3 a pour objectif d’évaluer l’état de mise en œuvre des recommandations de la dernière mission, d’évaluer le niveau d’exécution du PTBA 2018 et discuter en toute objectivité des résultats obtenus et des dispositions de gestion, en vue de proposer des mesures de consolidations dans l’optique de l’amélioration des performances du projet. En lançant les travaux de cette 7ème Mission d’Appui à la mise en œuvre du Programme l’Actions Communautaires, le Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, président du Comité du Pilotage, M. Diamoitou Guessibo Boukari a estimé que la présente mission d’appui vient à point nommé. Elle se déroule après un semestre de mise en œuvre des appuis du Financement Additionnel.

Le financement additionnel, est utilisé pour appuyer « notre pays dans le renforcement et la mise à l’échelle des bons résultats obtenus jusqu’à présent dans le cadre de la mise en œuvre du projet initial pour améliorer son impact sur les bénéficiaires », a-t-il rappelé. Dans cette perspective, « le Fonds additionnel se concentrera sur le financement de microprojets dans 125 communes en vue d’améliorer la production et la productivité agricoles. Il servira à financer la mise à l’échelle du renforcement des organisations paysannes, des communes ainsi que des collectivités locales et de poursuivre la réalisation d’infrastructures socio-économiques afin d’améliorer la production et la productivité agricoles », a-t-il expliqué.

M. Diamoitou Guessibo Boukari a précisé que les activités socio-économiques à appuyer comprendront la petite irrigation, les activités génératrices de revenues liées à l’agriculture, l’élevage, la gestion durable des terres et des eaux, y compris le renforcement de la résilience climatique. En précise-t-il, le Fonds additionnel mettra

37397817 10156880332864113 2529496872737832960 n